183 – 165 = 18

by drixm

Ca a commencé par une légère odeur âcre et piquante dans la cour intérieure du 90 rue Saint Maur et par de vagues pensées anodines sur le fait que certains n’ont pas encore bien intégré la vacuité de faire mumuse avec des allumettes et que faire flamber des matières plastiques était non seulement puérile mais potentiellement dangereux.

Mais, en apercevant au loin l’épais panache de fumée noire tourbillonnant follement au-dessus chez moi, vers le 165 de la même rue, je jette ces réflexions aux oubliettes tout en prenant mes jambes à mon cou, direction le placard qui me sert d’appartement et substantiellement de stockage de mes précieux outils de travail. Frousse au corps, slalomant parmi les badauds qui s’attardent déjà dans les rues, je décrasse ce qu’il me reste de bronchioles régulièrement noircies à la nicotine dans un concert tonitruant de sirènes hurlantes dont les échos se font entendre maintenant de toutes parts.

Rassuré de voir que mon immeuble ne s’est pas ni transformé en brasier, ni en incinérateur macabre d’archives photographiques, j’avale un dernier imbroglio de marches d’escaliers et de molécules d’oxygène et, avec ce qu’il me reste de force, je fais aussitôt demi-tour avec tout mon barda de lentilles et de boîtiers, direction la fournaise, au 183, tout près.

Il n’y a pas encore de périmètre de sécurité, les pompiers s’affairent pourtant et les grandes échelles se déploient tout juste. Ca crame sévère tout en haut, des débris volent, l’atmosphère est viciée, corrosive, acide et les quelques agents de la police nationale sont, eux, totalement dépassés.

· • • ·

This SimpleViewer gallery requires Macromedia Flash. Please open this post in your browser or get Macromedia Flash here.
This is a WPSimpleViewerGallery


· • • ·


Il n’y aura, fort heureusement, pas de victimes : une douzaine de personnes souffriraient « seulement » de légères intoxications respiratoires dont trois pompiers. Un bilan miraculeux, je trouve, face à l’intensité des flammes. Et conséquemment, un épiphénomène pour les agences de presse. Gageons que si le sinistre avait eu lieu au milieu de la nuit, le bilan aurait été beaucoup plus lourd et l’intérêt des agences filaires tout autant proportionnel…